Des mois après ma bien-aimée Péril! L’animateur Alex Trebek est décédé en novembre 2020 à la suite d’un diagnostic de cancer du pancréas de stade quatre, les exécuteurs testamentaires de sa succession ont décidé d’utiliser son style de signature pour une bonne cause – en faisant don d’articles de vêtements de la personnalité de la télévision décédée à un organisme à but non lucratif fournissant un ex récemment publié. condamnés avec les vêtements nécessaires pour passer des entretiens d’embauche et réintégrer le marché du travail.

Selon un rapport publié par Date limite le 10 février 2021, la décision de faire don des vêtements de Trebek à l’organisation à but non lucratif The Doe Fund découle d’une idée suggérée par le fils de Trebek, Matthew Trebek. Matthew a toujours soutenu la mission de l’organisation: fournir un logement, une indemnisation du travail et une formation professionnelle aux ex-détenus des communautés mal desservies, le tout afin de lutter contre les taux de récidive et d’aider à leur réinsertion dans la société ordinaire.

Dans une déclaration publiée par Péril! Le producteur exécutif Mike Richards, le collègue de longue date de Trebek, a appelé la décision de faire don des vêtements – parmi lesquels 300 cravates, 58 chemises habillées et 14 costumes – un hommage approprié. « Lors de sa dernière journée sur le plateau, Alex a vanté les vertus de chacun ouvrant ses mains et son cœur à ceux qui souffrent », a déclaré Richards dans son communiqué, par Date limite. « Faire don de sa garde-robe à ceux qui travaillent pour reconstruire leur vie est le moyen idéal pour commencer à honorer cette dernière demande. » Mais y a-t-il plus dans cette histoire réconfortante qu’il n’y paraît? Continuez à lire pour le découvrir.

L’organisme à but non lucratif qui a reçu les vêtements offerts par Alex Trebek a une histoire douteuse

Alors que le geste fait par la succession du regretté hôte Alex Trebek était de bonne volonté et apparemment basé sur un véritable altruisme, le destinataire du cadeau – The Doe Fund – a été fréquemment critiqué au fil des ans pour son comportement plus sérieux et ses relations avec les dessous du conseil d’administration. Comme L’appel a rapporté en juillet 2020, l’organisation à but non lucratif, qui a été fondée en 1985 par George T. McDonald et développée par son épouse, l’actuelle PDG de Doe Fund, Harriet Karr-McDonald, la prétendue allégation de l’organisation selon laquelle les ex-condamnés payaient 15 $ l’heure est trompeuse de ce que les participants au programme reçoivent réellement pour les salaires gagnés.

Par L’appel, les personnes inscrites au programme du Doe Fund sont tenues de payer des frais hebdomadaires non imposés obligatoires de 249 $ à l’organisation, le tout sous prétexte que les inscrits sont des «clients» et non des employés, et que le travail qu’ils effectuent fait partie d’un programme de formation professionnelle . Comme L’appel À noter, le montant réel que les participants au Doe Fund gagnent par heure varie entre 7,25 $ et 8 $ l’heure pour 35 semaines de travail lorsque les frais sont pris en compte dans la composition, ce qui rend le salaire horaire inférieur au salaire minimum pour ceux qui se situent à l’extrémité inférieure de l’échelle de rémunération. . Un ancien participant au programme qui s’est entretenu avec L’appel appelé cette pratique «féodalisme» et «exploitation pure», ajoutant que «[the Doe Fund receives] l’argent de la ville et des donateurs privés, et ils nous prennent de l’argent. Mille dollars par mois. Où va-t-il? « 

Les problèmes avec le Doe Fund vont au-delà de sa programmation

Les controverses au sein du Doe Fund, cependant, vont bien au-delà de la programmation de l’organisation et de la manière dont les personnes qui y sont inscrites sont traitées (ou, comme d’autres pourraient le dire, exploitées). Dans un article d’enquête publié par Politico en 2019, un grand nombre d’anciens employés qui travaillaient au sein de l’aile administrative de l’organisation à but non lucratif ont fait état d’allégations selon lesquelles George T. McDonald (photo ci-dessus à droite) avait créé un environnement de travail hostile en utilisant des informations explicites et menaçantes et souvent un langage et un comportement misogynes envers les employés (principalement des femmes).

Un certain nombre d’anciens employés de McDonald’s ont documenté leurs mauvais traitements au moyen de plaintes et de notes de service aux superviseurs, qu’ils ont fournies à Politico sous la condition de l’anonymat. Au moins un tel dépôt obtenu par Politico a décrit McDonald en développant une situation hypothétique, racontée par McDonald, dans laquelle il a théoriquement commis une inconduite sexuelle contre le plaignant, le tout dans un effort pour donner un exemple de comportement «inapproprié». Politico a également rapporté que les deux McDonalds utilisaient l’argent acquis grâce à des dons pour gonfler considérablement leurs propres salaires, ainsi que le salaire de leur fils, John McDonald, qui travaillait également pour l’organisation. Bien que McDonald ait finalement démissionné de son poste de PDG du Doe Fund à la suite des rapports de Politico, l’appel, et d’autres points de vente, le fondateur à but non lucratif est finalement décédé à l’âge de 76 ans en janvier 2021 en raison de complications d’un cancer du poumon. On ne sait pas si McDonald ou Alex Trebek se sont jamais connus personnellement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici