La télé-réalité nous a montré que « l’amour est aveugle », l’amour peut être « trop ​​chaud pour être manipulé », et maintenant, cet amour est sauvage. Dans la nouvelle série « Love in the Jungle » de Discovery +, les concurrents se dirigent vers les tropiques et embrassent leurs instincts animaux intérieurs pour déterminer s’ils peuvent ou non apprendre quelque chose de la façon dont le règne animal gère les relations et l’accouplement. Présentée par le service de streaming comme une « expérience sociale sauvage », la série voit ses célibataires sexy choisir un animal qui correspond le mieux à leur personnalité et interagir avec leurs camarades de casting comme le font les animaux : sans parler ! Ils essaient même certains des rituels d’accouplement les plus fous de la nature pendant les défis de l’émission. N’était-ce pas le Bloodhound Gang qui a dit: « Toi et moi, bébé, ce n’est rien d’autre que des mammifères? »

La nouvelle émission de téléréalité débute avec deux épisodes sur Discovery + le 8 mai. Avant sa première, les candidats Stephan – l’abeille – et Paige – l’étoile de mer – ont discuté avec Nicki Swift de ce qui les a attirés vers le concept fou, ce que c’était que d’embrasser leur nature sauvage intérieure, et à quel point ils ne font qu’un avec la nature. Alerte spoiler : il y avait de « beaux papillons » et des salopes en sueur –– et la chimie sur le plateau était aussi sauvage qu’il y paraît.

L’interview ci-dessous contient des spoilers mineurs des deux premiers épisodes de « Love in the Jungle ».

Une vie de mauvaises expériences de rencontres les a conduits dans la jungle

Donc, ma première question pour vous deux est qu’est-ce qui vous a poussé à essayer de trouver l’amour ou une connexion à travers ce format de télé-réalité d’expérience sociale ?

Paige: Je pense que pour moi, c’était un scénario tellement différent et juste, tout était si intéressant à ce sujet. Je savais, personnellement, que ce serait un défi et je pensais que ce serait amusant et juste différent. Je ne voulais rien faire de super dramatique et pas moi. Ce n’est pas ce que je recherche. J’ai donc vraiment considéré cela comme une opportunité positive de grandir en tant que personne et essentiellement de trouver un partenaire. C’était juste un concept tellement cool. Personnellement, j’adore les animaux et je voulais vraiment creuser là-dedans et essayer quelque chose de différent parce que j’étais célibataire depuis trois ans et que rien ne fonctionnait. Alors je me suis dit que j’allais tenter cette petite expérience.

Stephan : Et je pense que pour moi, c’est définitivement un peu ce qu’elle a dit à la fin, j’ai juste tout essayé sous le soleil. On dirait qu’à ce stade, rien n’a fonctionné. J’ai donc vu cela comme un peu bizarre, mais c’est toujours une opportunité de casser cette simulation, d’essayer d’entrer dans cette situation de jungle dont aucun de nous ne sait ce qui va se passer. Il suffit de tout comprendre.

Vous vous dites : « D’accord, si ça marche pour les animaux, ça marchera peut-être pour nous. »

Stéphan : D’accord.

Paige: Aussi, je l’ai regardé comme, « D’accord, il y a tout un processus en cours. » À droite? J’ai donc fait plus confiance aux directeurs de casting qu’à moi-même parce qu’ils creusent tellement plus profondément qui est chaque personne qu’ils sont obligés de trouver des personnes qui se connectent et ont des caractéristiques similaires ou ce qu’ils recherchent, X, Y et Z ou compatibles. Je leur ai fait confiance.

Tourner Love in the Jungle n’a pas été aussi facile que Paige et Stephan le pensaient

C’est une chose de lire la prémisse et de se dire « D’accord, ça a du sens ». Alors c’est autre chose de le voir. Une fois que vous avez obtenu le set, cela a-t-il été beaucoup plus difficile que prévu ?

Paige : Oui.

Stéphan : Absolument. Je pense que c’était certain. Tout d’abord, j’ai été un peu pris par surprise avec ça. Je ne pense pas qu’aucun d’entre nous se serait volontairement embarqué dans la situation; ils sont comme, « Hé, au fait, tu ne peux pas parler », donc c’était un petit élément sympa pour être choqué. Mais une fois que vous traversez le flux de tout et [we] en quelque sorte trouvé un moyen d’être à l’aise avec cela et c’était inconfortable pour nous tous, et je pense que nous nous sommes davantage liés à cause de cela.

Paige : À cent pour cent, je suis d’accord. Parce qu’on ne savait pas vraiment dans quoi on s’embarquait et ça a été un choc, mais je pense qu’on a tous vraiment adhéré à l’expérience et qu’on a fait l’expérience et qu’on a juste dit : « D’accord, on est tous mal à l’aise ici, on » ça va marcher. » Mais cela nous a fait créer un lien vraiment spécial. Et je pense que pour moi, c’était si difficile parce que je suis tellement bavard. J’ai tellement confiance en moi et je suis sociable, donc je parle toujours. Et j’ai l’impression que lorsque cela m’a été enlevé, vous regardez tout tellement différemment avec la façon dont vous interagissez avec les gens, comment vous apprenez à connaître quelqu’un et créez simplement ces liens. Vous devez complètement sortir des sentiers battus et être mal à l’aise, ce qui vous fait grandir. Et c’était vraiment cool de voir tout le monde en faire une partie.

L’une des choses amusantes de ce spectacle est la narration de type documentaire sur la nature et tous les faits sur les animaux qui surviennent dans les défis. L’un d’entre vous a-t-il appris beaucoup de choses sur le règne animal que vous ne pensiez pas pouvoir ?

Paige : Je veux dire, oui, certainement parce qu’avant les défis… vous comprenez en quelque sorte ce que nous sommes sur le point de faire. Nous apprenons donc à connaître différents animaux et comment ils s’accouplent réellement. Donc forcément pédagogique. C’était super amusant. C’était sexy. J’étais juste comme, « Attendez, c’est une façon tellement intéressante de s’attirer les uns les autres. » Donc c’était tellement cool d’agir comme des animaux là-dedans.

Stephan: C’était plutôt cool de comprendre la dynamique de la façon dont les animaux s’y mettent. Les humains font beaucoup plus de BS et parlent les uns des autres. Et dans le règne animal, ils ont en quelque sorte leurs rituels, ils font ce qu’ils ont à faire et c’est juste simple, honnêtement.

Ouais, pas de bavardage !

Stephan et Paige ont marqué la compétition dès le début

Dans l’un des deux premiers épisodes, nous avons vu Paige participer au défi rituel d’accouplement des flamants roses. Je me demandais comment c’était d’embrasser votre flamant rose intérieur ? Qu’avez-vous ressenti ?

Paige : Je n’ai pas encore pu le voir, donc je suis excitée. Je ne sais pas. J’étais juste comme, « Je vais juste essayer d’attirer tous ces hommes en ce moment et donner tout ce que j’ai », alors j’ai sorti quelques mouvements et j’ai essayé d’être sexy et amusant et c’était vraiment très énervant, mais J’étais juste comme, « Si je vais le faire, je vais juste le faire à 110%. Je vais juste le montrer, voir ce qui se passe. »

D’accord, les caméras tournent malgré tout, alors je ferais aussi bien de tout faire.

Stéphan : D’accord. Posséder.

Et Stephan, tu as été l’un des premiers gagnants du défi alpha. Qu’avez-vous ressenti ?

Stephan : Honnêtement, ça fait vraiment du bien de gagner le défi alpha. D’abord, parce que j’ai eu l’opportunité d’être en quelque sorte la première à emmener des filles à un rendez-vous et à parler en quelque sorte à celles qui m’intéressaient en premier. Je pense donc que cela m’a donné un réel avantage après le début de la série et le début de l’expérience pour avoir en quelque sorte ce niveau et avoir cette expérience devant tout le monde. Je pense donc que c’était vraiment important.

Le droit de se vanter aussi, j’en suis sûr.

Stéphan : Ouais. C’était bon.

Paige : Le simple fait d’être appelé alpha en soi, c’est plutôt cool.

Embrasser leurs animaux intérieurs fait pour un spectacle sauvage

Donc, je veux entendre parler des animaux choisis par vos gars, avez-vous pu les choisir et vous sentiez-vous lié à eux ?

Paige : Au début, nous avons fait des tests de personnalité, ce qui a en quelque sorte aidé à affiner votre animal intérieur. Et oui, nous avions tous nos animaux individuels et nous avons vraiment essayé de l’embrasser, mais en fin de compte c’était plus juste, nous étions vraiment sauvages et essayions juste d’agir comme des animaux en général avec le non verbal [communication] et des trucs comme ça. Je ne dirais pas que j’ai fait des bruits d’étoiles de mer ou que nous avons bougé et fait tout ce que fait une étoile de mer, mais je l’ai vraiment adopté comme « D’accord, je vais vraiment être mon animal intérieur, mais rester moi-même et essayez de rencontrer des gens de cette manière intéressante. » Mais c’était intéressant de voir comment nous avons en quelque sorte créé nos animaux intérieurs.

Une chose que j’ai trouvée intéressante était les scènes de beuverie et de fête, qui sont une si grande partie de toute émission de télé-réalité. Quand vous faisiez la fête et que vous buviez, vous ne pouviez pas parler, vous étiez littéralement des fêtards. Comment était-ce?

Paige: Eh bien, nous ne pouvions pas parler, alors nous nous disions simplement: « D’accord, nous pourrions aussi bien nous saouler et rendre les choses moins gênantes. » Et nous nous contenterions de nous embrasser. Il n’y avait pas de mots, donc c’était juste une attirance physique. Quand il y a de l’alcool en jeu et que nous sommes tous refoulés et qu’il y a beaucoup d’émotions et de sentiments, et honnêtement un contact physique. Et nous sommes vraiment devenus sauvages. Vous êtes dans la jungle et vous ne pensez vraiment à rien d’autre. Et si vous pensez aux animaux, ils vont droit au but. Ce sont des êtres très sexuels, donc je pense que cela nous a vraiment fait sortir ça pendant ces fêtes.

J’ai adoré les bruits d’animaux.

Stephan : Les grognements, c’est ça. Revenez à l’époque des hommes des cavernes, littéralement.

Paige : Nous avons fait des petites chansons.

Ces stars de Love in the Jungle disent que le spectacle est sur le point de devenir encore plus sauvage…

Avec la première de l’émission, vous êtes tous les deux sur le point de devenir des stars de la télé-réalité. Avez-vous regardé beaucoup de télé-réalité avant cela? Comment vous sentez-vous avant la première ?

Stephan : Assez drôle, honnêtement, je viens juste de commencer à me lancer moi-même dans la télé-réalité. En fait, j’ai pensé que c’était assez intéressant de voir à quel point tu devais être mal à l’aise, pour être dans cette situation. Mais j’ai vu beaucoup de gens traverser vraiment des transitions en faisant beaucoup de ces situations aussi. J’ai donc pensé que c’était une sorte de dynamique cool que j’avais et que j’essayais d’explorer par moi-même. j’avais un ami [who] fait une émission, « Are You The One », mon ami Kenya. Donc j’ai en fait [to] sorte de choisir un peu son cerveau [about] comment était la situation et elle m’a donné de bons conseils au début. Cela a donc vraiment aidé à soulager toute mon anxiété, donc je pense que cela a été vraiment utile.

Paige : Je pense que pour moi, je ne regarde jamais la télé-réalité. Pour moi, je grincerais des dents, je dirais : « Il est impossible que tu tombes amoureux en deux jours », je ne l’ai jamais regardé, mais les gens me contactaient toujours et ils me disaient : « Paige, tu es tellement divertissant. Tu dois être à la télé-réalité. Tu es juste une grande personnalité. Je me dis, « Oh bien sûr, pourquoi pas ? Ce serait cool. » Et je pense que la partie la plus cool de faire de la télé-réalité est que vous pouvez être vous-même à 110% et c’est ce qu’ils veulent.

C’est tellement cool d’être simplement Paige et les gens adorent ça. C’était une expérience tellement cool d’être sur le plateau, de se lier d’amitié avec tout le monde et d’être simplement dans cet environnement. Et j’en ai personnellement grandi et j’ai beaucoup appris sur moi-même. Et c’est aussi super éprouvant pour les nerfs parce que j’étais moi-même à fond, je ne me suis pas retenu du tout, et maintenant je peux le revoir et je vais me dire « Oh mon Dieu », en grinçant contre moi-même. Donc je suis nerveux, mais je suis super excité en même temps.

J’ai pu voir les deux premiers épisodes, qui se sont terminés par un cliffhanger. Sans entrer dans les spoilers, avez-vous chacun quelque chose que nous devrions nous attendre à voir pour le reste de votre temps dans la jungle ?

Paige: J’ai beaucoup de lignes que je dis, j’ai envie. Je m’appelle une chienne en sueur. Je me moque de moi parce qu’il faisait si chaud dans la jungle. Et nous transpirions toujours tellement, alors au lieu que les gens se moquent de moi, j’ai juste commencé à me moquer de moi. J’étais comme, « Salope en sueur. » J’essaie de réfléchir. Je ne sais pas, nous étions sauvages.

Stephan : Je pense que c’est un euphémisme, honnêtement. Mais je pense que ça va être amusant de tout revoir, parce que chacun a pu vivre sa propre expérience. J’ai eu ma propre expérience, mais je veux juste la voir à travers l’objectif de tout le monde qui s’est produit simultanément, en quelque sorte voir à quoi ressemblait leur processus de tout faire. Je suis donc vraiment impatient de voir à quoi cela va ressembler.

Et les gens qui entrent et sortent.

Stephan : Ouais, et les confessionnaux bien sûr. J’ai hâte de [that] à cause du fait que nous ne pouvions pas parler, je voulais vraiment voir ce qui se passait dans les coulisses.

Paige : Ouais… on se souvient tous évidemment de ce qu’on a fait et de ce qu’on a vu. [There’s] une tonne de choses que nous ne connaissons pas [like] ce que les autres ont dit de nous ou comment les choses se sont déroulées dans l’esprit des autres, alors ce sera vraiment intéressant de tout voir … et de revivre toute l’expérience.

… Et ils étaient vraiment dans la jungle

Vous avez parlé un peu de la météo là-bas. Avez-vous eu des interférences avec la faune ? Les insectes étaient-ils fous ou étiez-vous les gars comme, « Wow, nous sommes vraiment ici dans le royaume. »

Paige : [Where we stayed], nous l’appelons le manoir de Tarzan. Il y avait des arbres, c’était comme une cabane dans les arbres. C’était très ouvert à toute heure. Pas de portes, c’était complètement ouvert. Alors nous avons dormi sous ces filets [and] il y avait des insectes et des araignées. Et c’était beaucoup.

Stephan : Pour moi, c’était les pluies torrentielles qui nous réveillaient tous les matins, et cela gâchait tellement la production, nous devions en quelque sorte attendre tout et les gens autour, donc c’était vraiment la jungle vivre. La plupart des gens [on shows] ont des centres de villégiature où ils pourraient s’adapter à tout, [but] le nôtre était un peu plus un processus, simplement à cause de toute l’ambiance de la nature, donc c’était aussi quelque chose d’un peu différent.

Vous étiez définitivement dans les éléments.

Stéphan : Vous avez raison. Oui exactement.

Paige : Nous avons vu des singes. Qu’avons-nous vu d’autre ? Je ne sais pas. Honnêtement, il y avait de si beaux papillons et c’était juste un si bel environnement. Donc je pense que tout le monde a vraiment laissé libre cours à sa nature parce que nous étions vraiment dans la jungle.

Bon, qu’est-ce que tu vas faire d’autre ? Merci d’avoir pris le temps de discuter avec nous. Y a-t-il autre chose que vous vouliez ajouter et que je n’ai peut-être pas demandé ?

Stephan : Juste à chaque interview maintenant, je tiens à remercier les personnes qui nous ont aidés, tous les producteurs exécutifs, tous les PA et la sécurité là-bas, tout le monde, ils ont fait un si bon travail en prenant soin de nous et ils veulent juste montrer leur amour à ces gens chaque fois que j’en ai l’occasion. Alors merci.

Paige : Tout l’amour de Starfish ici. Super excité que les gens soient mal à l’aise avec nous parce que c’était tellement amusant et intéressant. Et je pense que ce sera tellement amusant et je suis vraiment excité de voir tout cela.

« Love in the Jungle » sera diffusé le dimanche 8 mai sur Discovery + avec deux épisodes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici