Bien que les fans et les critiques aient bu le nouvel album de Beyoncé « Renaissance » comme des chameaux dans une oasis du désert, la sortie du 29 juillet n’est pas arrivée sans controverse. Le 11e morceau de l’album, « Heated », est une célébration joyeuse de la possession de sa reine, mais une ligne dans le bop de danse – « Spazzin ‘on that ass, spazz on that ass » par Genius – en a frotté beaucoup dans le mauvais sens. (« Spastic » fait référence à une condition médicale involontaire qui se manifeste dans les muscles hypertoniques.) Par coïncidence, la chanteuse-rappeuse Lizzo a également supprimé le terme de son single « Grrrls » et l’a réenregistré en juin après un contrecoup par Time. Certains fans, franchement, semblent fatigués de rappeler aux artistes d’être sensibles aux termes capacitistes. « C’est comme une gifle pour moi, la communauté des personnes handicapées et les progrès que nous avons essayé de faire avec Lizzo. Je suppose que je vais continuer à dire à toute l’industrie de » faire mieux « jusqu’à ce que les insultes capacitaires disparaissent de la musique », un fan tweeté à propos de « Chauffé ».

L’équipe de Beyoncé a confirmé à Variety que les paroles seraient remplacées (bien qu’elles maintiennent que le mot n’était « pas utilisé intentionnellement de manière nuisible ».) À la place des paroles, il y aura la phrase « Blastin’ on that ass, blast on that ass . » Cependant, une autre controverse lyrique de Beyoncé a immédiatement suivi celle de « Heated ».

La querelle de la partition Monica Lewinsky-Beyoncé fait rage

L’Amérique a un problème, selon Monica Lewinsky – et ce ne sont pas seulement les paroles de « Heated » de Beyoncé. Lewinsky a publiquement appelé à changer une réplique célèbre de la chanson « Partition » de Beyoncé en 2013, dans laquelle Bey chante, « Il a sauté tous mes boutons, et il a déchiré mon chemisier / Il a tout Monica Lewinsky sur ma robe », selon Genius. Une référence évidente à son scandale sexuel de la fin des années 90 avec le président de l’époque, Bill Clinton, Lewinsky citation tweetée l’article de Variety annonçant le remplacement par Beyoncé des paroles de « Heated », ajoutant : « Uhmm, tant qu’on y est… #Partition. »

Ce n’est pas la première fois que Lewinsky se plaint de « Partition ». Dans un essai de 2014 pour Vanity Fair intitulé « Shame and Survival », Lewinsky note que son nom est toujours utilisé comme synonyme par les artistes pop pour faire référence à des actes sexuels illicites. « Miley Cyrus fait référence à moi dans son numéro de scène de twerk, Eminem rappe sur moi, et le dernier tube de Beyoncé me fait crier », a écrit Lewinsky, continuant, « Merci, Beyoncé, mais si nous parlons, je pense que tu voulais dire ‘ Bill Clinton avait tout sur ma robe, pas ‘Monica Lewinsky’. »

Certains habitants de Twitter n’étaient pas tout à fait d’accord avec l’appel à l’action de Lewinsky. « Tu n’en es pas fier ? » un utilisateur a demandé elle, soulignant que sa biographie la répertorie comme une « muse de la chanson rap ». Un fan (un peu) plus compréhensif a fait valoir que les paroles de Beyoncé n’étaient pas vraiment désobligeantes envers Lewinsky. « Fille, sois réaliste… Pourquoi ne parles-tu que de Beyoncé… La ligne de Beyoncé n’était même pas mauvaise », ils a écrit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici