Le 8 septembre 2022, à l’âge de 96 ans, la reine Elizabeth II est décédée. Monarque la plus ancienne de Grande-Bretagne, elle était sur le trône depuis 70 ans, après la mort de son père, le roi George VI, en 1952, alors qu’elle n’avait que 25 ans. deuil – quelque chose qui convient au monarque le plus aimé du monde. Les plans pour les jours et les semaines suivant la mort de la reine Elizabeth étaient en place depuis des années. Appelées Opération London Bridge, elles comprenaient tout, du calendrier de publication de l’avis officiel de sa mort à la déclaration du nouveau roi, en passant par les détails de ses funérailles d’État et de son incarcération. En tout, le pays a passé 10 jours en deuil de son souverain, du 9 au 19 septembre.

Pendant une grande partie de cette période, le cercueil de la reine Elizabeth était visible au public, à la fois lorsqu’il traversait l’Écosse, où elle mourut, et à travers Londres, où elle resta en état à Westminster Hall pendant cinq jours. Pendant cette période, des milliers de personnes en deuil ont attendu, parfois jusqu’à 24 heures, pour rendre hommage. Enfin, le 19 septembre 2022, elle a été inhumée lors d’une série de services à l’abbaye de Westminster (où elle était à la fois mariée et couronnée) et à la chapelle Saint-Georges du château de Windsor (près de son dernier lieu de repos).

Ce qui suit sont quelques-uns des événements les plus significatifs et les plus mémorables de ces services, des moments qui resteront gravés dans la mémoire du public pour les années à venir.

La reine Elizabeth quitte Westminster Hall

À 6 h 30 le 19 septembre, le temps de la reine Elizabeth en état a pris fin. Alors que son cercueil était en préparation pour ses funérailles, un autre monument britannique, Big Ben, a sonné une fois par minute pendant 96 minutes, marquant les 96 années de la vie du monarque. Une fois cet hommage terminé, le cercueil de la reine a été chargé sur le chariot funéraire de la Royal Navy et tiré dans les rues jusqu’à l’abbaye de Westminster où ses funérailles nationales ont eu lieu.

L’utilisation du chariot funéraire d’État n’était que la première d’une série de traditions tout au long de la journée. Utilisée pour la première fois en 1901 pour tirer le cercueil de la reine Victoria dans les rues de Londres, la voiture a également été utilisée pour transporter le roi Édouard VII, le roi George V, le roi George VI, Winston Churchill et Lord Mountbatten. Plutôt que d’être traîné par des chevaux, le chariot ouvert est tiré par des dizaines de membres de la Garde Souveraine, qui, d’une manière générale, sont moins facilement effrayés par la foule et donc moins susceptibles de renverser accidentellement le cercueil.

Le cortège était visuellement époustouflant. Le cercueil de la reine, qui était recouvert de l’étendard royal aux couleurs vives (un drapeau qui représente la souveraineté du monarque et ne peut être utilisé que par le roi régnant), était entouré non seulement par les membres de la Royal Navy qui tiraient le chariot mais aussi par des membres de plusieurs autres branches de l’armée et de la garde royale.

Le prince George et la princesse Charlotte se joignent au cortège funèbre

Alors que le cercueil de la reine Elizabeth s’approchait de l’abbaye de Westminster, des membres de la famille royale se sont joints à la procession, marchant juste derrière le chariot de canon. Comme prévu, le roi Charles et la reine consort Camilla ont mené la charge. Derrière eux se trouvaient William, prince de Galles, et Catherine, princesse de Galles. Le couple, qui est maintenant en première ligne du trône, a amené une paire d’invités surprises : leur fils aîné, le prince George, qui est maintenant en deuxième ligne du trône, et leur fille, la princesse Charlotte, maintenant en troisième ligne.

Compte tenu de l’âge des enfants (George a 9 ans et Charlotte a 7 ans), ils n’étaient pas censés être présents pour les événements de la journée. Comme le rapporte The Guardian, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants n’ont généralement pas « de rôle officiel » dans les funérailles d’un monarque. Mais en raison du règne inhabituellement long de la reine et du désir de la monarchie de projeter un air de stabilité, il n’est pas choquant que la famille ait choisi de briser cette tradition particulière.

Ce qui est choquant, cependant, c’est que le prince William serait ouvert à l’idée d’inclure ses enfants dans un événement public aussi émouvant. Dans un documentaire de la BBC de 2017, le futur roi a déclaré que marcher derrière le cercueil de sa mère en 1997 « était l’une des choses les plus difficiles que j’aie jamais faites … C’était comme si elle [Diana] marchait à nos côtés pour nous aider à traverser cela. » (via Marie Claire). Peut-être que les circonstances entourant ces funérailles, comparées à celles entourant les funérailles de Diana il y a 25 ans, ont fait toute la différence dans la décision du prince et de la princesse de Galles.

Les dirigeants du monde se réunissent pour rendre hommage

CNBC a rapporté que 2 000 invités avaient été invités aux funérailles nationales de la reine Elizabeth à l’abbaye de Westminster. Parmi ceux qui ont fait la coupe, il y avait environ 500 dirigeants mondiaux. Bien que le palais n’ait jamais divulgué de liste officielle d’invités, voici une brève liste de ceux que nous connaissons : le président Biden et la première dame Jill Biden, les premiers ministres Justin Trudeau (Canada), Liz Truss (Royaume-Uni), Anthony Albanese (Australie), et Jacinda Arden (Nouvelle-Zélande), et les chefs d’autres pays du Commonwealth comme le président du Kenya, William Ruto, et le président de l’Inde, Draupadi Murmu. De plus, l’empereur du Japon a fait la liste des invités, tout comme les membres des familles royales d’Espagne, du Danemark, des Pays-Bas, de Suède, de Norvège et de Belgique.

Les représentants de la Russie, de la Biélorussie, du Myanmar, de la Syrie, du Venezuela et de l’Afghanistan étaient notamment absents. Selon le palais, ces dirigeants n’ont pas été invités à assister aux funérailles pour diverses raisons diplomatiques.

Aucun autre leader mondial de l’histoire récente n’a connu une telle affluence de figures de proue pour un événement majeur, qu’il s’agisse d’un enterrement, d’un mariage ou d’un dîner d’État. Le fait que tant d’entre eux aient tout abandonné pour assister aux funérailles de la reine témoigne de l’impact de son règne ainsi que des nombreuses relations, à la fois personnelles et diplomatiques, qu’elle a pu entretenir sur le trône. Quel héritage laisser derrière nous !

Le sondage de la dernière sonnerie et l’observation d’un silence de deux minutes

Alors que les funérailles d’État de la reine Elizabeth touchaient à leur fin, les trompettistes de la Queen’s Household Cavalry ont joué le Last Post. La courte fanfare militaire remonte à la fin des années 1700 et a une qualité distinctement lugubre. En règle générale, la mélodie est jouée sur un clairon lors de funérailles importantes (comme celles de soldats tombés au combat ou de dirigeants politiques) et le jour du Souvenir. Dans ce contexte, iNews a rapporté que cela signifiait le fait que les devoirs de la reine Elizabeth (en ce qui concerne à la fois l’armée et ses sujets) étaient officiellement accomplis et qu’elle pouvait désormais reposer en paix.

Après la chanson, tout le pays a observé un silence de deux minutes à la mémoire du monarque. Plus généralement, nous sommes habitués à observer une seule minute de silence ; cependant, la méditation prolongée de deux minutes n’est pas complètement sans précédent. Au Royaume-Uni, deux minutes de silence sont observées, dans tout le pays, chaque jour du Souvenir (la fête qui honore les soldats décédés dans l’exercice de leurs fonctions). On pense que Buckingham Palace a opté pour deux minutes au lieu d’une en hommage au règne exceptionnellement long de la reine. Quelle qu’en soit la raison, il était certainement mémorable de voir un pays entier arrêter ce qu’il faisait en l’honneur de la vie d’une personne qui lui avait dédié la sienne.

Le chant de God Save the King

Pour clôturer les funérailles nationales de la reine Elizabeth, les fidèles ont chanté l’hymne national « God Save the King ». Selon le site Web de la famille royale, les paroles et la mélodie de l’hymne sont anonymes et remontent probablement au XVIIe siècle. Cela étant dit, l’hymne a été interprété légèrement différemment au cours des 70 dernières années, les habitants proclamant leur loyauté envers une reine plutôt qu’un roi.

Cette performance marquait donc la première fois en près d’un siècle que les sujets de la couronne utilisaient le titre masculin dans l’hymne. Entendre le changement semblait avoir un effet profond sur le roi Charles. Selon Us Weekly, le monarque a ouvertement les larmes aux yeux pendant que les participants chantaient. Que ce soit parce qu’il pleurait sa perte personnelle ou parce que l’énormité de son nouveau rôle s’enfonçait enfin, nous ne pouvons en être sûrs. Mais ce fut un moment très humanisant pour le leader, qui, jusque-là, avait dépeint la lèvre supérieure britannique stéréotypée lorsqu’il apparaissait en public.

Avant ce moment, la seule autre fois où le roi Charles avait fait allusion à son état émotionnel était dans son discours d’ascension quand il a dit: « Je sais à quel point vous, la nation entière – et je pense que je peux dire le monde entier – sympathisez avec moi dans la perte irréparable que nous avons tous subie » (via Us Weekly).

Le placement de la couronne sur le cercueil de la reine Elizabeth

Alors que le cercueil de la reine Elizabeth quittait l’abbaye de Westminster pour la chapelle Saint-Georges, l’attention s’est tournée vers la couronne qui reposait sur son cercueil. Selon ABC News, c’est le roi Charles qui a cueilli les fleurs qui ont été incorporées dans la couronne, et bon nombre des variétés incluses avaient une signification particulière pour la reine et sa famille. Buckingham Palace a publié une déclaration détaillant les raisons de cette sélection réfléchie.

« La couronne … contient des fleurs et des feuillages coupés dans les jardins du palais de Buckingham, de Clarence House et de Highgrove House. Cela comprend des feuillages choisis pour leur symbolisme : le romarin pour le souvenir ; le myrte, l’ancien symbole d’un mariage heureux, et coupé d’un plante qui a poussé à partir d’un brin de myrte dans le bouquet de mariage de feu Sa Majesté en 1947 ; et le chêne anglais, qui symbolise la force de l’amour. » Les fleurs supplémentaires comprenaient des roses et des dahlias, entre autres, toutes choisies dans des couleurs qui seraient complémentaires au Royal Standard.

Pour couronner la couronne, une note manuscrite du roi Charles disait : « En mémoire aimante et dévouée. Charles R. » Le R, une partie officielle de la nouvelle signature du roi, représente le mot latin Rex qui se traduit par King.

Les hommages subtils rendus par les membres de la famille

La couronne qui reposait sur le cercueil de la reine Elizabeth n’était pas le seul hommage personnel que la famille rendait au monarque. La presse a rapporté que plusieurs membres féminins de la famille avaient choisi de porter des bijoux importants que la reine leur avait offerts ou prêtés au cours de leur relation.

Par exemple, Harper’s Bazaar a rapporté que Camilla, la nouvelle reine consort, portait une broche en diamant que la reine Elizabeth lui avait donnée lorsqu’elle avait épousé le roi Charles en 2005. La broche appartenait à l’origine à la reine Victoria et avait été un cadeau à ce monarque pour marquer son jubilé de diamant en 1897. Kate Middleton, la princesse de Galles, emboîta le pas, portant une parure de perles (des boucles d’oreilles, un collier à quatre rangs avec un fermoir en diamant et un bracelet) qui lui avait été prêtée par la reine et qui qu’elle avait autrefois porté aux funérailles du prince Philip en 2021.

Meghan, la duchesse de Sussex, est allée dans une direction plus subtile. Elle portait une paire de boucles d’oreilles en diamants et en perles que la reine Elizabeth lui avait offerte avant sa première sortie en solo avec le monarque en 2018. Sa nièce, la princesse Charlotte, a également choisi un accessoire plus simple, épinglant une broche en fer à cheval incrustée de diamants que son arrière-grand-mère avait l’a offerte au revers de son manteau noir. Le pendentif faisait sans aucun doute allusion à l’amour partagé du couple pour les chevaux et les courses, un passe-temps qu’ils auraient en commun.

La reine arrivant à sa dernière demeure

Près de trois heures après la fin de ses funérailles nationales, le cercueil de la reine Elizabeth II est arrivé au château de Windsor, qui est sa dernière demeure. Des centaines de milliers de personnes ont parcouru la route de 20 milles, espérant apercevoir le corbillard spécialement conçu qui transportait le monarque et être témoin d’un morceau d’histoire de première main. Mais avant qu’elle ne soit enterrée dans la chapelle du roi George VI, il y avait un service d’inhumation dans la chapelle Saint-Georges.

Ce deuxième service était nettement plus petit que le premier, avec seulement 800 invités, principalement des amis, de la famille et des alliés politiques plus proches, présents. C’était le dernier adieu public à la reine et un événement encore plus cérémonial que les funérailles nationales du matin. C’est ici que de nombreuses traditions, comme la réquisition des objets souverains (plus à venir), ont eu lieu.

Selon People, le service d’incarcération de la reine Elizabeth a été le premier service de ce type à être vu par le grand public (alors que tous les monarques précédents ont eu des services d’incarcération, ils ont été fermés ou ont précédé l’existence de caméras de presse). Le doyen de Windsor a commencé la cérémonie, louant la « vie de service indéfectible » de la reine et son comportement constant. « Au milieu de notre monde en évolution rapide et souvent troublé, sa présence calme et digne nous a donné confiance pour affronter l’avenir, comme elle l’a fait, avec courage et espoir », a-t-il déclaré, selon la BBC.

Les amis à quatre pattes de la reine font leurs adieux

La reine Elizabeth était une amoureuse des animaux notoire, il ne devrait donc pas être surprenant pour les observateurs royaux que certains de ses animaux de compagnie aient été inclus dans ses funérailles.

Deux des corgis bien-aimés de la reine, Muick et Sandy, cadeaux de son fils le prince Andrew, attendaient son cercueil dans la cour du château de Windsor. Au cours de sa vie d’adulte, la reine possédait environ 30 corgis. Tous les corgis qu’elle a élevés étaient des descendants d’un chiot nommé Susan, un chien qui lui a été donné par ses parents à l’occasion de son 18e anniversaire. En 2015, la monarque a annoncé qu’elle n’élèverait plus de nouveaux corgis, car elle ne voulait en laisser aucun à sa mort, mais elle a apparemment changé d’avis après la mort du prince Philip en 2021. Muick et Sandy sont sous-produits de ce revirement et sont désormais destinés à vivre avec le duc et la duchesse d’York.

Le cheval préféré de la reine était également stationné le long du parcours du défilé, un poney Fell nommé Carltonlima Emma. Selon The Guardian, le monarque a conduit Emma jusqu’à ses 90 ans et lui a régulièrement rendu visite même après qu’elle ait été incapable de monter. Il n’y a pas de mot officiel quant à ce qui va arriver à Emma maintenant que la reine est décédée, mais il semble très probable qu’elle continuera simplement à résider dans les écuries royales jusqu’à la fin de sa propre vie.

La suppression des objets souverains

Vers la fin du service d’incarcération de la reine Elizabeth, les objets souverains – la couronne d’État impériale, l’orbe et le sceptre – ont été retirés de sa possession pour une dernière fois. Le trio d’objets reposait sur le cercueil de la reine depuis qu’elle était allongée et avait fait le voyage à ses côtés de Westminster Hall au château de Windsor.

Chacun des objets souverains est historiquement significatif. Pour commencer, tous les trois ont été donnés à la reine lors de sa cérémonie de couronnement en 1953. Mais l’orbe et le sceptre sont encore plus anciens, ayant été fabriqués en 1661 et utilisés à chaque couronnement depuis celui de Charles II, il y a environ 360 ans. De plus, la couronne d’État impériale a été fabriquée pour le père de la reine, le roi George VI, à utiliser lors de son couronnement en 1937. Selon Historic Royal Palaces, la couronne contient 2 868 diamants, 17 saphirs, 11 émeraudes, 269 perles et quatre rubis, ce qui en fait l’un des bijoux les plus précieux au monde.

L’enlèvement de ces objets, qui a été effectué par le bijoutier royal, a marqué la fin officielle du règne de la reine. Ils resteront désormais sur le maître-autel de la chapelle Saint-Georges avant d’être transférés à la tour de Londres, où ils seront conservés sous clé jusqu’au couronnement du roi Charles.

La descente du cercueil de la reine

Le service d’engagement de la reine Elizabeth s’est terminé par une multitude d’autres traditions symboliques. Pour commencer, le roi Charles a posé le Queen’s Company Camp Color of the Grenadier Guards, un drapeau régimentaire spécifique à la reine Elizabeth II, sur le dessus de son cercueil. Les Grenadier Guards, reconnaissables à leurs manteaux rouges, à leurs chapeaux en peau d’ours noir et à l’utilisation du drapeau en question, seront désormais rebaptisés garde du roi et recevront un nouveau drapeau unique au roi Charles.

Ensuite, le Lord Chamberlin, l’officier le plus haut gradé nommé par la maison royale, brisa sa baguette de bureau et plaça les morceaux sur le cercueil du monarque. Le mouvement a illustré que son service à la reine, en tant que souverain, avait pris fin. Son rôle dans le palais, cependant, n’a pas. L’une de ses tâches principales, faciliter une transition en douceur du pouvoir de la reine Elizabeth au roi Charles, ne fait que commencer.

Enfin, les titres de la reine Elizabeth ont été lus, à haute voix, pour une dernière fois. Ensuite, son cercueil a été descendu dans le caveau royal pendant que son joueur de cornemuse personnel jouait une complainte. Pendant la majeure partie de son règne, ce joueur de cornemuse (et ses prédécesseurs) a réveillé la reine tous les matins, jouant de la cornemuse devant sa fenêtre pendant 15 minutes à la fois. À la demande de la reine Elizabeth, il l’a maintenant jouée pour dormir une dernière fois. Alors que les notes de « A Salute to the Royal Fendersmith » retentissaient, le joueur de cornemuse s’éloigna de la chapelle principale, permettant à la musique de s’estomper alors que le cercueil de la reine disparaissait de la vue du public.

Les derniers adieux de la famille

Alors que la cérémonie à la chapelle Saint-Georges était techniquement la fin de la partie publique des funérailles de la reine Elizabeth, ce n’était pas la fin du chemin pour le monarque. Le soir du 19 septembre, elle a été enterrée à la King George VI Memorial Chapel dans le cadre d’un service réservé aux familles.

Aucun média n’était autorisé à l’événement, mais le palais de Buckingham a confirmé via les réseaux sociaux que cela devait se produire. Ils ont écrit sur Twitter, « Ce soir, un enterrement privé aura lieu dans la chapelle commémorative du roi George VI à Windsor. La reine sera inhumée avec son défunt mari, le duc d’Édimbourg, aux côtés de son père, le roi George VI, de sa mère, la reine Elizabeth, la reine mère et soeur la princesse Margaret. » Être enterrée à côté de son mari, avec qui elle était mariée depuis près de 74 ans, aurait été de la plus haute importance pour Sa Majesté, bien qu’aucun autre détail sur le service n’ait été publié.

Une fois l’enterrement terminé, le palais a publié une photo inédite de la reine sur Instagram, la sous-titrant : « ‘Que les vols d’anges te chantent pour te reposer’. À la douce mémoire de Sa Majesté la Reine. 1926-2022. » La chapelle où Elizabeth est enterrée est ouverte au public, et les personnes qui souhaitent lui rendre hommage pourront le faire à tout moment à l’avenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici