Depuis qu’elle a fait irruption sur la scène hollywoodienne au début des années 1990, Salma Hayek est devenue l’une des stars de cinéma féminines les plus omniprésentes au monde. Ancienne star de la telenovela dans son Mexique natal, Hayek s’est rapidement révélée aussi adepte de la comédie que du drame, jouant dans une gamme époustouflante de films allant des comédies romantiques (« Fools Rush In ») à l’action (« Desperado » ), à l’horreur (« From Dusk Till Dawn »), à la comédie (« Grown Ups »), voire même à jouer un super-héros dans l’univers cinématographique Marvel (« Eternals ») – et n’oublions pas son projet passionné, incarnant le célèbre artiste mexicain Frida Kahlo dans le biopic « Frida » de 2002.

Le succès de Hayek, il faut le souligner, n’est pas venu sans beaucoup de dévouement et de ténacité. « J’ai dû me battre très, très fort pour chaque petit rôle stupide », a-t-elle révélé dans une interview avec The Hollywood Reporter, revenant sur sa carrière. Son succès, en fait, est allé à l’encontre de la sagesse conventionnelle. « Quand j’ai commencé, tout le monde disait qu’il n’y avait aucune chance pour une actrice mexicaine avec un accent de faire carrière. Peut-être une bonne dans un petit rôle, parce que si c’est une bonne avec un gros rôle, la bonne est blonde ! Peut-être la femme de un trafiquant de drogue avec une ligne ou juste en train de pleurer », a-t-elle déclaré.

Il y a longtemps, elle a prouvé que ces opposants avaient tort et continue d’atteindre de nouveaux sommets chaque année. Continuez à lire pour avoir un aperçu de la vie et de la carrière de Salma Hayek.

Son rêve d’enfant était d’être gymnaste olympique

Bien avant que Salma Hayek ne rêve de la célébrité hollywoodienne, elle avait un tout autre objectif en tête. « Il y avait une route que je n’ai pas empruntée, qui m’a hanté pendant de nombreuses années », a révélé Hayek dans une interview avec OK !. « Quand j’étais toute petite, j’ai été repêchée pour les Jeux Olympiques en gymnastique. »

Comme Hayek l’a expliqué lors d’une apparition dans « Live with Kelly and Ryan », elle n’avait aucune idée, alors qu’elle vivait dans une petite ville du Mexique, qu’il existait même une chose comme la gymnastique. Elle a rappelé que regarder la gymnaste roumaine Nadia Comăneci participer aux Jeux olympiques de 1976 à la télévision avait suscité son intérêt. « Je suis tombée amoureuse du sport, mais il n’y avait pas de cours, personne d’autre ne le faisait et j’enseignais moi-même », a-t-elle déclaré. « Et puis j’ai supplié mon père de m’emmener à Mexico pour aller à la gym. » Pendant ce temps, son talent s’est avéré suffisamment impressionnant pour recevoir une offre de formation pour l’équipe olympique mexicaine – mais elle devrait aller dans un internat à Mexico, où elle pratiquerait six heures par jour en plus de ses études scolaires régulières.

Compte tenu de son jeune âge, son père ne pouvait tout simplement pas supporter l’idée que sa fille de neuf ans vive à Mexico, loin de chez elle. « Je devrais être loin de ma famille parce que c’est à Mexico et mon père a dit non », a déclaré Hayek. « Mon rêve olympique est mort là-bas. »

Ses farces incessantes ont fait renvoyer Salma Hayek de l’école

Après avoir quitté la gymnastique, la jeune Salma Hayek a trouvé un tout nouveau passe-temps pour occuper son temps : faire des farces. En fait, un profil de Hayek dans Town and Country raconte qu’elle a été expulsée d’un pensionnat catholique à la Nouvelle-Orléans à l’âge de 12 ans, en raison de la farce de ses camarades et des religieuses qui leur enseignaient. « J’étais ingénieuse », Hayek s’est vantée de sa crédibilité en tant que farceur pratique, tout en insistant sur le fait qu’il n’y avait jamais de malveillance derrière ses farces. « J’ai toujours eu le sens de l’humour, mais il y avait une naïveté dans la méchanceté », a-t-elle expliqué.

Avant son expulsion, Hayek s’est souvenue dans une séance de questions-réponses lors du petit-déjeuner Power of Women de The Wrap, la farce la plus mémorable qu’elle a faite était de se faufiler dans le dortoir pendant la pause d’étude et de retarder tous les réveils des filles d’une heure entière. Elle se souvient avoir dû étouffer son rire en regardant tous ses camarades de classe groggy se précipiter pour se maquiller et se préparer, sans se rendre compte qu’il était une heure plus tôt qu’ils ne le pensaient. Comme c’était souvent le cas, Hayek a été découvert comme étant le coupable et condamné à la détention.

« Je faisais des choses folles pendant la détention, ce qui était aussi amusant », a-t-elle avoué, « parce que si vous êtes créatif, vous êtes créatif dans tout ce que vous faites. Sinon, la vie est insupportable. »

Son premier rôle d’actrice a été une « expérience horrible »

En tant que jeune acteur en herbe au Mexique essayant de percer dans le show business, il n’a pas fallu longtemps avant que Salma Hayek décroche son premier concert professionnel. « La toute première chose pour laquelle j’ai auditionné a été le rôle de Jasmine dans une pièce pour enfants d' »Aladdin » au Mexique. J’avais 18 ans », a-t-elle déclaré au magazine W. Cependant, la réalité de ce que le travail impliquait réellement s’est avérée être un signal d’alarme. « Je devais chanter et j’ai le trac », a-t-elle expliqué. « Ce fut une expérience horrible – j’ai obtenu le poste, mais le travail était un cauchemar. J’ai vraiment souffert tous les jours. »

En fait, elle a admis sur « The Late Show with David Letterman » (via Female First) que son trac était si extrême et si inattendu qu’elle a littéralement fui la scène. « Il était temps pour moi de monter sur scène et j’ai couru avec la tenue de Jasmine dans la rue », a-t-elle déclaré. « J’ai couru hors du théâtre parce que le trac était si mauvais. »

Malgré la terreur qu’elle a traversée en jouant une princesse Disney, Hayek a tiré une leçon précieuse de l’expérience : elle était faite pour l’écran, pas pour le théâtre. « Cela ne m’a pas dissuadé d’agir », a-t-elle déclaré au magazine W, « mais cela m’a dissuadé d’agir sur scène. »

Pourquoi elle portait de faux tatouages ​​de papillons sur le tapis rouge

Salma Hayek a illuminé sa juste part de tapis rouges au fil des ans, se révélant être une véritable fashionista. Il n’en a pas toujours été ainsi. Au cours des premières années de sa carrière, a-t-elle déclaré à Vogue India, les créateurs ne la suppliaient pas vraiment de porter leurs créations sur des tapis rouges. « Je suis mexicaine. Je suis aussi très petite, ce qui n’aide pas avec le poids et n’aide pas avec le design », a-t-elle expliqué.

Plutôt que de souffrir et de se plaindre, Hayek a décidé de prendre les choses en main. « J’ai pris des risques », a-t-elle déclaré. « J’ai rencontré quelqu’un chez Hugo Boss, qui était le seul lien que j’avais, alors j’ai porté des costumes d’homme pendant un moment. » Avec le recul, elle se souvient d’une occasion, alors que les designers lui faisaient encore froid dans le dos, qui l’a amenée à faire preuve de plus de créativité. « Au lieu de me donner un complexe et de dire que je n’ai pas la meilleure robe ou qu’ils ne savent pas qui je suis … J’étais comme, je suis fabuleuse », a-t-elle expliqué. « J’ai peint des tatouages ​​​​de papillon sur moi-même et je me sentais heureux dans ma peau. »

En repensant à son look papillon impromptu lors d’une interview avec InStyle, Hayek s’est rappelée s’être sentie audacieuse, sans peur et prête à prendre des risques pour se faire connaître. « J’étais jeune, passionnée et créative », a-t-elle déclaré, ajoutant : « La créativité est tout ! »

L’animal de compagnie dingue qu’elle a eu pour son mari

Depuis 2009, Salma Hayek est mariée (via Brides) à François-Henri Pinault, le milliardaire propriétaire de la marque de mode de luxe Kering. « Je fais en sorte que tout fonctionne pour moi, j’ai épousé le propriétaire d’une entreprise de mode », a plaisanté Hayek à Vogue India, faisant référence à ces premiers jours où aucun créateur ne voulait qu’elle porte ses vêtements. « Maintenant, ils doivent me faire les vêtements. Karma pour eux », a-t-elle ajouté en riant.

Compte tenu de l’immense richesse de son mari, il n’est pas facile pour lui d’acheter des cadeaux. Cela a conduit Hayek à creuser dans le puits profond de créativité qui l’a toujours nourrie, ce qui a certainement contribué au cadeau de la Saint-Valentin qu’elle lui a offert : un hibou de sauvetage. « [I] l’a nommée Kering parce que c’est le nom de son entreprise et leur symbole de la chouette », a déclaré Hayek à People. « Et il m’a dit : ‘Eh bien, merci, mais je sais que c’est ton propre cadeau pour toi-même.' »

Bien sûr, s’occuper d’animaux de compagnie non conventionnels est une marque de fabrique pour Hayek. Cela a été confirmé par sa co-vedette de « Desperado », Antonio Banderas, qui a révélé qu’il lui avait déjà offert une paire de singes en cadeau – quelque chose dont il s’est rendu compte n’était peut-être pas la meilleure idée. « Les singes l’ont rendue folle pendant des années », a admis Banderas en riant lors d’une apparition dans « Jimmy Kimmel Live! » « Chaque fois que je la vois, elle me rappelle les singes. »

Elle ne peut pas arrêter de sauver des animaux

Adopter un hibou sauvé n’était certainement pas hors de propos pour Salma Hayek. En fait, le sauvetage des animaux est devenu une activité secondaire. « Je ramasse des chiens dans la rue », a déclaré Hayek dans « The Tonight Show ». « Même pas sauvés du refuge, je les récupère dans la rue. Au moment de l’entretien, elle hébergeait chez elle neuf chiens de sauvetage, ainsi qu’un assortiment d’autres animaux. Cependant, ce n’était que la pointe de l’iceberg. « J’avais promis à mon mari que j’allais arrêter parce qu’à l’époque j’avais 19 chiens, cinq perroquets, j’avais des alpagas, des chevaux, des chats… », a-t-elle révélé dans « The Graham Norton Show » (via Hola !).

Alors, que pense son mari du fait que Hayek transforme leur maison en sanctuaire pour animaux ? Pas génial, apparemment. « Mon mari m’a menacée, ‘S’il vous plaît, plus de chiens' », a révélé Hayek. Selon Hayek, elle a promis qu’elle cesserait d’amener des animaux errants dans leur maison – en particulier des hamsters, notant que son conjoint n’était pas fan.

Préoccupée par la réponse de son mari à l’entrée d’un autre chiot dans la maison, Hayek a élaboré un plan astucieux. « J’étais terrifiée par la façon dont j’allais le dire à mon mari, alors j’ai eu une idée géniale de prétendre que j’avais une liaison, alors quand il a découvert le chien et que je n’avais pas de liaison, il se sentirait mieux. » a-t-elle dit lors de son apparition dans « The Graham Norton Show » (via Digital Spy).

Comment devenir maman a conduit à une obsession du Sudoku

Salma Hayek est devenue mère pour la première fois en 2007 lorsqu’elle et son fiancé François-Henri Pinault ont accueilli leur fille Valentina. Le bébé avait un très bon appétit, ce qui a conduit Hayek à apprendre une toute nouvelle compétence qu’elle n’avait pas anticipée.

« Je suis vraiment bonne au Sudoku », a-t-elle révélé dans une interview avec le magazine W, expliquant comment la soif insatiable de lait de son bébé l’a amenée à devenir adepte du jeu de puzzle basé sur les nombres. « J’ai allaité pendant 14 mois, et mon dieu, ce bébé n’en a pas eu assez toute la nuit », a-t-elle expliqué. « Donc, pendant qu’elle allaitait, c’était ennuyeux. Alors, j’ai commencé à faire du Sudoku, et je pense que je suis vraiment bonne. Je peux le faire parfois, comme en quatre minutes. Alors, la machine me dit que je suis bonne à Sudoku, c’est comme ça que j’ai découvert. »

Plus d’une décennie plus tard, alors que Valentina était devenue adolescente, Hayek a continué à entretenir ses compétences en Sudoku. En janvier 2022, elle s’est rendue sur Instagram pour partager une photo d’elle jouant au Sudoku sur une tablette, en ajoutant la légende « Sudoku Sunday ».

Pourquoi elle craignait que le pape lui enlève la médaille qu’il lui avait donnée

L’un des moments les plus fiers de Salma Hayek est survenu en 2016, lorsqu’elle, son mari et sa fille ont visité le Vatican et rencontré le pape François. Non seulement elle a pu rencontrer le pontife, mais il a également remis à Hayek une médaille. Elle et ses collègues célébrités George Clooney et Richard Gere, selon The Hollywood Reporter, ont chacun reçu la médaille Olive de la paix pour avoir accepté d’agir en tant qu’ambassadeurs de la fondation Scholas Occurrentes, dont le nom se traduit par « des écoles qui se rencontrent ». L’organisation rassemble 400 000 écoles dans 82 pays différents, représentant une grande variété de religions et de cultures du monde entier.

Comme Hayek l’a révélé plus tard lors d’une apparition sur « The Graham Norton Show », elle craignait légitimement que le pape annule l’honneur en raison d’une photo racée qu’elle avait publiée sur les réseaux sociaux, la mettant en scène avec une autre star hollywoodienne. « J’étais très honorée et excitée de recevoir une médaille de sa part, mais j’étais vraiment nerveuse parce que je venais de publier un Instagram de moi regardant les seins de Susan Sarandon », a-t-elle déclaré, via Digital Spy, faisant référence à un post Instagram impertinent de 2016 dans lequel elle et Sarandon ont comparé le décolleté. « J’avais tellement peur qu’il voie cette photo et qu’il me retire ma médaille ! » Hayek a admis.

Elle a une fois allaité un bébé qui n’était pas le sien

L’un des moments les plus uniques de la vie de Salma Hayek est survenu lorsqu’elle a participé à un voyage de bonne volonté dans la nation africaine de la Sierra Leone en 2009. Chronique sur « Nightline » d’ABC, ABC News a rapporté que le point culminant incontesté de l’émission était le moment où Hayek a été filmée en train d’allaiter un enfant qui n’était pas le sien.

En l’occurrence, Hayek allaitait encore sa fille Valentina, alors âgée d’un an. Voyant un bébé affamé ayant désespérément besoin de nourriture, Hayek a décidé d’offrir au bébé son propre lait. « Le bébé était en parfaite santé, mais la mère n’avait pas de lait », a-t-elle déclaré à USA Today, via le New York Daily News. « Il avait très faim. J’étais en train de sevrer ma fille Valentina, mais j’avais encore beaucoup de lait, alors j’ai allaité le bébé. »

Comme elle l’a dit à la co-présentatrice de « Nightline », Cynthia McFadden, Hayek a estimé que lorsque sa fille serait assez âgée pour comprendre pleinement la situation, Valentina n’aurait pas de problème avec ce qui s’était passé. « Suis-je déloyal envers mon enfant en lui donnant du lait? » dit Hayek. « En fait, je pense que mon bébé serait très fier de partager son lait. Et quand il grandira, je veillerai à ce qu’il continue d’être une personne généreuse et attentionnée. »

Elle a lancé sa propre société de production à succès

Salma Hayek est plus qu’une simple actrice, star de cinéma et célébrité internationalement reconnue : c’est aussi une magnat de bonne foi. Cela découle de sa société de production cinématographique et télévisuelle au succès retentissant Ventanarosa, qu’elle a fondée en 1997. Au fil des années, Ventanarosa est devenue une force avec laquelle il faut compter à Hollywood. Parmi les projets que la société de Hayek a produits figurent le biopic de Frida Kahlo « Frida » (dans lequel Hayek a également joué), le film fait pour la télévision « The Maldonado Miracle » (que Hayek a réalisé) et la série comique à succès d’ABC « Ugly Betty . » En 2020, Variety a rapporté que la société avait conclu un accord de premier regard avec HBO Max.

L’année suivante, Deadline a rapporté que le premier projet résultant de cet accord était « A Boob’s Life », une adaptation du livre du même nom dans lequel les seins d’une femme commencent à lui parler. « Nous utilisons les seins comme une métaphore du jugement constant auquel les femmes sont soumises, créant une sensation collective que peu importe ce que nous faisons, nous ne sommes jamais assez », a déclaré Hayek dans une explication de la prémisse unique de l’émission. « Dans ce spectacle, nous donnons au sein une voix qui nous emmène à travers la vie d’une femme d’un point de vue unique que souvent nous n’osons pas voir. »

Elle fait de grands efforts pour équilibrer sa vie de famille

En tant qu’épouse, mère, actrice, productrice et magnat d’Hollywood, Salma Hayek a énormément d’assiettes dont elle a besoin pour continuer à tourner. Bien qu’il soit compréhensible qu’elle soit dépassée par l’équilibre entre tous ces différents rôles, elle a en fait beaucoup réfléchi à la manière de procéder.

« Parfois, les choses les plus difficiles à équilibrer sont la maternité et le mariage », a-t-elle déclaré à People. Les maris, a-t-elle admis, ne facilitent pas toujours cet équilibre, mais cela ne s’appliquait pas nécessairement à son propre conjoint. « J’ai épousé le bon gars », a-t-elle déclaré. « C’est probablement la chose la plus importante. Nous nous soutenons dans tout ce que nous faisons. Nous voulons que l’autre s’efforce. Cela vous rend heureux quand l’autre s’efforce. » Pendant ce temps, parce qu’ils ont tous les deux une carrière bien remplie, lorsqu’ils ont l’occasion de passer du temps ensemble seuls, ils essaient de faire en sorte que cela compte. « Nous n’avons pas une vie sociale très forte », a-t-elle expliqué. « Parce que nous aimons vraiment passer du temps ensemble. »

De tous ses nombreux rôles, Hayek trouve que la maternité est la plus difficile. « Être mère est plus épuisant que travailler », a-t-elle admis dans une interview avec The Guardian, « Et parfois je me pousse trop fort et je m’épuise. »

Elle a accepté sa dyslexie

Même les fans les plus ardents de Salma Hayek pourraient être surpris d’apprendre qu’elle est dyslexique. En fait, c’est quelque chose qu’elle n’a pas réalisé sur elle-même avant d’être adulte. Elle a expliqué dans une interview avec WebMD que sa capacité globale à apprendre rapidement a fait que sa dyslexie n’a pas été diagnostiquée tout au long de ses années scolaires. « J’ai sauté des années sans trop étudier », a-t-elle déclaré. « [The dyslexia] ne me dérange plus maintenant. »

Lorsqu’elle a déménagé à Los Angeles depuis son Mexique natal, abandonnant une carrière réussie en tant que star de la telenovela pour lancer les dés pour une chance à la célébrité hollywoodienne, le plus grand défi auquel elle a été confrontée était qu’elle ne parlait pas anglais. Cependant, les mêmes capacités d’apprentissage qui ont fait que sa dyslexie est restée cachée tout au long de son enfance lui ont également permis d’apprendre la langue rapidement.

L’un des aspects de sa dyslexie est qu’elle a tendance à lire lentement et méthodiquement, ce qu’elle a admis avoir été utile du point de vue du jeu d’acteur. « Certains lisent très vite, mais vous leur posez des questions sur le scénario et ils oublient. Je mets beaucoup de temps à lire un scénario, mais je ne l’ai lu qu’une seule fois. J’ai réalisé un film, et je n’ai jamais apporté le scénario au plateau », a-t-elle déclaré. En fait, a-t-elle dit à Dujour, « je ne pense pas que les personnes atteintes de dyslexie devraient penser que c’est un obstacle. »

Elle était une amie proche de Prince

Lorsque l’icône du rock Prince est décédée d’une overdose accidentelle en 2016 à l’âge de 57 ans, parmi les nombreuses stars à rendre hommage figurait Salma Hayek. Hayek, en fait, n’était pas seulement un fan, mais aussi un bon ami. En juin 2020, à l’occasion de ce qui aurait été le 60e anniversaire du musicien, elle a partagé une photo d’elle avec Prince via Instagram. « Nos conversations de deux heures au téléphone me manquent plus que jamais et chaque fois que je regarde les informations, je me demande ce qu’il penserait, quelle chanson il écrirait », a-t-elle écrit dans la légende.

Hayek a réalisé le clip de Prince pour « Te Amo Corazon », une expérience dont elle s’est souvenue lors d’une interview avec le magazine W réalisée peu de temps après la mort de Prince. « Il m’a tellement, tellement soutenu », a-t-elle déclaré à propos de leur amitié, notant qu’il l’encourageait souvent à revenir à la réalisation après avoir fait ses débuts derrière la caméra avec le téléfilm de 2003 « The Maldonado Miracle », pour lequel elle a gagné un Emmy de jour.

« Puis un jour, il a dit: » D’accord, c’est aujourd’hui. Tu dois faire cette chanson pour moi «  », se souvient-elle, admettant qu’elle avait d’abord hésité en raison de sa réputation bien documentée de maniaque du contrôle. « Alors j’ai dit : ‘Si je veux faire ça, tu dois écouter ce que je dis. Et si on se battait…' », a-t-elle poursuivi. « Et il a dit: » Non, nous allons choisir la chose et faire la chose. Alors j’ai dit : ‘D’accord, allons nous amuser.' »

Elle croit que sa maison de Londres est hantée

Étant donné que Salma Hayek est une star de cinéma de premier plan mariée à un PDG milliardaire, il ne devrait pas être surprenant d’apprendre qu’elle et son mari François-Henri Pinault vivent dans des maisons situées dans divers endroits à travers le monde. L’une de ces demeures, a rapporté l’Evening Standard, est une location chic à Londres dont l’ancien locataire était la pop star canadienne Justin Bieber. En plus d’équipements luxueux comme une piscine intérieure, un court de tennis, un cinéma et une cave à vin, la maison a une autre caractéristique unique : elle est hantée – ou, a-t-elle expliqué lors d’une apparition en 2021 sur « The Ellen DeGeneres Show », elle avait l’habitude de être.

Selon Hayek, les membres de son personnel devenaient sérieusement paniqués par les phénomènes apparemment paranormaux dont ils étaient témoins. « Je n’ai pas vu ça, mais un garde du corps ne voulait plus travailler là-bas parce que le piano jouait tout seul », a-t-elle déclaré. « Les lumières s’allument et s’éteignent. Les portes et les fenêtres s’ouvrent et se ferment. J’en ai vu quelques-unes. Beaucoup d’autres personnes dans la maison l’ont vu. »

Pour apaiser leurs craintes, elle a engagé un chasseur de fantômes professionnel pour nettoyer la maison de tous les esprits qui la hantaient. « J’ai dit écoutez, je vais amener quelqu’un », a-t-elle dit, ajoutant pragmatiquement, « Même si ce n’est pas vrai, au moins ils pourraient psychologiquement penser que c’est fini. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici